Réduire ses coûts de manutention : conseils d'expert

« Le matériel de qualité permet, sur le moyen/long terme, de réduire les coûts de façon nettement perceptible. »

Sur quels critères se basent les clients lorsqu’ils cherchent à acquérir un nouveau chariot de manutention ?

La logistique est coûteuse : il faut faire du stock, bouger des charges, prendre des colis…

Les 3 facteurs principaux sont l’ergonomie, la sécurité et la productivité que chacun classe dans un ordre de priorité différent. Au sein de cette réflexion, il faut prendre en compte ce que l’on appelle « l’effet cariste » c’est-à-dire que la sécurité et l’ergonomie du matériel utilisé par les salariés contribuent à la performance des salariés. Avec du matériel de qualité, il y a moins d’accident de travail, moins de freins. Et avec une machine plus productive, les caristes peuvent absorber plus de mouvements/palettes sur une journée.

A chaque entreprise son contexte et fonctionnement particulier en fonction duquel nous pouvons trouver une solution qui lui permette de réduire ses coûts.

Le ROI intra-logistique est une priorité pour l’ensemble des professionnels du secteur. Comment l’optimiser ?

Le cariste est la principale ligne de coûts en manutention. Pourtant, lorsqu’il s’agit d’acquérir une nouvelle machine, les professionnels cherchent souvent les tarifs les plus bas. Or, un investissement sur du matériel doit pouvoir être lissé sur 5 à 7 ans, ce qui est la durée de vie moyenne des batteries. Pour optimiser son achat de matériel, il vaut donc mieux miser sur du matériel de qualité qui va augmenter le rendement des caristes sur le long terme.

Si votre chariot vous fait gagner 5/6 mouvements palettes par jour, sur un mois cela peut représenter 200 palettes et donc quasiment une journée de travail. Si l’on ramène cela au coût d’un cariste sur une journée, il y a de vraies économies de faites sur l’ensemble du cycle de vie du chariot. Cela sera d’autant plus vrai dans les entreprises où les chariots sont fortement engagés.

Quelles solutions pour les entreprises à engagement faible dans ce cas ?

Nous les amenons plutôt sur des acquisitions en crédit-bail, donc avec rachat au bout de 5 à 7 ans pour amener la machine au-delà des 10 ans. Là encore la qualité est importante. Certes une entreprise à faible engagement aura peu abîmé la machine, mais il faut aussi qu’elle soit conçue pour durer sur le long terme, avec le moins de pannes possibles pour économiser sur les réparations.

Quelles sont les différentes solutions de financement proposées par Toyota Material Handling ?

Nous venons de parler de l’achat et du crédit-bail, mais il y a aussi la location longue durée qui représente 55 à 60% du marché. Cela représente un coût mensuel régulier sur 24, 36, 72 ou 84 mois plutôt que de devoir contracter un emprunt, ce qui est un avantage pour de nombreux clients. De plus, la maintenance full-service y est souvent intégrée, c’est-à-dire l’entretien préventif et curatif. Ce sont les 3 principales solutions mais nous pouvons également citer l’achat d’occasion.

Aujourd’hui, tous les nouveaux chariots Toyota Material Handling sortent des usines pré-équipés de capteurs de données. En quoi la solution I-site à laquelle ils sont liés peut contribuer à réduire les coûts ?

Effectivement, tous les chariots neufs sont pré-équipés de capteurs et boîtiers de communication IoT (Internet des Objets). Cela donne la possibilité à un logisticien ou un CEO d’obtenir un suivi précis de son parc de machines afin d’optimiser les flux logistiques ou encore pour résoudre des sources de coûts telles que la casse.

Chez Toyota Material Handling, nous avons choisi la technologie GPRS, comme le réseau sur lequel passent les appels d’urgence de votre téléphone, plutôt que le Wifi pour équiper ces boîtiers. Cela permet d’émettre/recevoir les informations partout, même dans des entrepôts où le réseau n’est pas bon. Cet équipement n’entraîne aucun surcoût sur le prix initial de la machine et le boîtier n’est pas actif tant que le client n’a pas souscrit à l’offre. Il s’agit d’une solution propriétaire, développée par Toyota.

I-Site est accessible sous la forme d’un forfait de 15/20 euros par mois. Alors, toutes les informations sur l’utilisation des machines vont être remontées dans un tableau de bord consultable depuis n’importe quel appareil : ordinateurs, tablettes, smartphones. Les reportings sont paramétrés en fonction des besoins spécifiques des clients, de manière à présenter clairement les informations qui lui sont utiles : les chocs, les déplacements non-optimisés, etc. C’est vraiment intéressant pour les entreprises qui ont beaucoup de chariots, beaucoup de casse ou encore un univers de travail « éclaté » sur plusieurs sites, etc.

Pour finir, I_site simplifie également la gestion administrative de ses utilisateurs : les factures mais aussi les compte-rendu d’entretiens des machines sont stockés et classés automatiquement, les dates limites de validité du CACES de chaque cariste bénéficient de rappels, etc.

Avec I-Site, les clients peuvent réduire les coûts de casse, s’informer sur l’engagement de leurs machines en un clin d’œil, avoir une meilleure analyse de leur flux logistiques, être plus pointus dans leurs choix… et donc, à terme, réduire leurs coûts. Le ROI est très facilement mesurable !

Pour plus de conseils sur la réduction des coûts de manutention, téléchargez notre livre blanc « ROI en intra-logistique, Comment réduire durablement vos coûts de manutention ? »

Demande de documentation

Mots-clé: Manutention, Financement, Réduction des coûts

Article précédent Article suivant
Aucun résultat trouvé